ETRE & AGIR - Accompagnement de la personne dans son évolution

Psychothérapie, Analyse, psychanalyse, Développement personnel, coach, coaching, Confiance, Estime, Potentiel, Lâcher prise, Gestion du mental, Instant présent, Tranquillité, Apaisement, Douceur, Dépendance, Crise, Angoisse, Burn out, Culpabilité, Dépression, Procrastination, Solitude, Deuil

logo-Eepa.png
  • Facebook Social Icône
  • LinkedIn Social Icône
  • Diane de Basly

PRENDRE UN INSTANT

Exercice de détente, relaxation, méditation-spophrologie, enfin le mot qui vous convient bien :)


Prendre un instant, pour lâcher le mental, l’agitation du mental

Et laisser les pensées du matin, de la veille, des jours précédents à la porte

Laisser les questions, les interrogations de demain, à demain…

Revenir à soi un instant, se retrouver, en passant par le corps.

S’accorder un instant à soi… avant de repartir dans nos échanges…

Tout d’abord en nous visualisant dans l’espace…

Prendre de la distance et tenter de nous visualiser dans la pièce :

Le contour de notre personne, notre position, notre posture.

Notre partie à la lumière, et celle à l’ombre…

Progressivement, nous allons parcourir notre corps..

Et ressentir nos points d’appui avec l’environnement, ressentir ce qui se passe à l’intérieur du corps, les vibrations, les sensations, les émotions…

En commençant par les pieds, ressentir nos pieds.

La différence de température depuis que nous avons enlevé nos chaussures.

Ressentir nos points d’appui, au niveau des orteils, du contour de la voute plantaire, du talon

Est-ce que je ressens des fourniments ? mes pieds sont-ils légers ? Lourds ?

Puis je remonte le long des jambes,

En passant par les chevilles, j’imagine les déverrouiller

Le long des tibias, et je lâche le mollet

Je visualise la flexion du genou

Puis je remonte le long des cuisses, où je sens le muscle sous la cuisse qui se relâche.

Je parviens au bassin.

Je visualise la position de mon bassin, les parties en contact avec le fauteuil. Est-ce les os, les muscles ?

Comment je me sens dans mon bassin ? Quelle est ma posture ?

Suis-je confortablement installée sur mon bassin ? Suis-je en équilibre ? Puis-je m’y reposée ?

Je visualise la colonne vertébrale dans son intégralité, du coccyx jusqu’à l’occiput, la base du crâne.

Je visualise sa courbure,

Les lombaires

Les dorsales

Les cervicales

Je reviens au bas de la colonne pour y remonter doucement,

Je visualise mes côtes

Puis les omoplates.

Je fais le tour de mes omoplates, j’essaie de ressentir ce qui se passe au niveau des interstices derrières les omoplates.

Est-ce que j’y sens des nœuds, des tensions ? Des tiraillements ? Des gênes où peuvent venir se nicher certains tracas.

Comment se positionnent mes omoplates par rapport à ma colonne ? Suis-je alignée ? Suis-je en avant ? Ou en arrière ?

Puis je remonte aux épaules, aux clavicules.

Je vais juste imaginer 2 mains, confortables, chaudes, qui viennent se poser doucement sur mes épaules.

2 mains sécurisantes, chaleureuses.

Ces mains me réconfortent.

Ces mains vont doucement descendre le long de mes bras, en passant par les coudes, et jusqu’aux mains.

Au niveau des mains, je m’arrête.

Je visualise la position de mes mains en contact avec mon corps, avec l’environnement.

Je visualise la position de chaque doigt, un à un.

Je ressens la température.

Y a-t-il une différence de température entre les parties couvertes de mes bras et mes mains ?

Une différence de température avec les parties de mes mains en contact avec mon corps ? Quelle est la température de mon corps ?

Est-ce que je ressens des fourmillements ? Des tensions ?

Je rebrousse chemin, je remonte… Je remonte jusque la base du cou.

Cou, qui est un lieu de passage :

Passage entre la tête et le reste de mon corps.

Passage entre le siège de mes pensées et le siège de mes émotions.

Importance de proposer à mon corps un passage agréable, et ne pas créer de blocage.

Que les pensées puissent circuler, de la tête vers le corps

Que les émotions, et les sensations, puissent circuler, du corps vers la tête

Que l’énergie circule

Que la respiration circule

Que les informations viennent dans un sens puis dans l’autre

Et je remonte une à une les cervicales, pour parvenir à la base du crâne.

Je visualise mon crâne dans l’espace, et essaie d’imaginer la place que prend mon cerveau, le siège de mes pensées.

Je m’arrête un instant sur le cerveau, j’essaie de donner une image à ce qui s’y passe.

Est-ce une zone aérée, légère

Ou y vois-je des mots ? ou autre représentation ?

Est-ce que je pourrais y voir quelques plumes flotter tranquillement,

ou plutôt un enchevêtrement de scoubidous comme m’a proposé une patiente ?....

Puis, je viens m’occuper de mon visage.

Un instant, je vais imaginer effectuer un balayement avec la paume de ma main, sur le front,

Je vais imaginer étirer chaque parcelle de ma peau, chaque cellule, de façon à me provoquer une détente profonde

Puis, je vais imaginer avec 2 doigts, effectuer une légère pression sur mes arcades sourcilières, de l’intérieur vers l’extérieur, et les détendre l’une après l’autre.

J’effectue quelques mouvements sur les tempes, qui peut me donner envie de détendre mes mâchoires.

Je reviens sur cette zone entre les yeux, cette partie que nous pouvons appeler le 3ème œil, l’œil de l’intériorité.

Je vais imaginer masser cette zone.

En massant cette partie entre les 2 yeux, je peux me reconnecter à qui je suis, à mon moi profond.

Je suis en lien direct avec ma source.

Et je reprends mon souffle.

Je descends le long de ma cloison nasale, pour parvenir à l’orée de mes narines.

Et juste à cet endroit, je peux ressentir la température légèrement plus fraîche.

Je descends au niveau de la mâchoire et je viens la détendre.

J’imagine que je masse les maxillaires, les mandibules, et la jonction entre les 2.

Et je termine par effectuer une légère pression, sous la lèvre inférieure au niveau du menton.

Dans cet état, je vais prendre un temps pour observer ma respiration.

Observer son circuit.

A l’inspiration, l’air qui entre à travers mon nez, ma gorge, qui suit la trachée, qui gonfle mes poumons, et qui se diffuse dans l’intégralité du corps, jusqu’aux extrémités.

Et à l’expiration, l’air qui parvient des extrémités et de l’intégralité de mon corps, qui se vide des poumons, qui ressort par la trachée, la gorge ou le nez.

J’observe également le rythme de ma respiration.

Est-il lent ? Rapide ?

Est-il calme ? Saccadé ?

Je ressens le mouvement de mon corps provoqué par la respiration.

Le mouvement du thorax, le mouvement de l’abdomen.

Je peux ressentir comme une vague.

Une vague sur laquelle je peux me laisser aller.

Laisser aller à l’abandon, au lâcher prise.

Me laisser flotter, et me connecter avec mes ressentis.

Est-ce que je peux ressentir une partie de moi « au calme » ?

Où est-elle ? Quels mots pourrai-je y associer ?

Tranquillité ? Douceur ? Sérénité ?

Chaleur ? Confort ? Gentillesse ?

Quels autres mots pourrai-je apporter ?

Qu’est-ce que cela me procure ?

Puis-je me ressentir à cet endroit, en sécurité ? en confort ?

Cette petite partie de moi, c’est une sorte de refuge, un endroit où je peux venir me retrouver à chaque instant, quand j’en ai envie…

Et quand vous le sentirez juste,

je vous propose de reprendre quelques bonnes respirations, profondes, autant que nécessaires pour retrouver une énergie de partage,

entre nous, dans l’ici et maintenant.