• Diane de Basly

PRENDRE UN INSTANT

Dernière mise à jour : 29 déc. 2021

Exercice de détente, relaxation, méditation-sophrologie, enfin le mot qui vous convient bien :) Asseyez-vous confortablement, chaussures ôtées, les pieds au sol, les mains sur les jambes.

Prenez le temps de la lecture, lisez à haute voix, comme si vous animiez cette séance pour un proche. Visualisez le parcours que vous lisez, appropriez-le vous.


M'accorder un instant, pour lâcher le mental, l’agitation du mental

Laisser les pensées du matin, de la veille, des jours précédents à la porte

Laisser les questions, les interrogations de tout à l'heure, de demain, à plus tard…


Si pendant l'exercice je suis perturbée par des pensées, interpellée par des bruits... je fais comme si je regardais un ciel bleu avec quelques nuages qui le traversent.

De mon regard, je suis les nuages et quand ils sont passés, je me reconnecte au présent.

Les pensées ou les bruits sont les nuages... Je peux les laisser passer. Quand je m'en rends compte, je reviens à mon parcours...


Revenir à soi un instant, se retrouver, en passant par le corps.

S’accorder un instant à soi…

Aller à la rencontre de mes sensations, de mes vibrations, de mes tensions... de ce qui se passe en mon for intérieur.


Tout d’abord en me visualisant dans l’espace où je me situe …

J'imagine ouvrir la porte et m'observer

Observer la place que j'occupe, observer ma position, ma posture, le contour de mon corps, les vêtements que j'ai choisi de porter aujourd'hui.

Observer la partie de mon corps qui se situe à lumière

et celle qui se situe à l’ombre…

Je m'observe dans mon intégralité.


Progressivement, je vais aller parcourir mon corps..

Ressentir mes points d’appui avec l’environnement

Ressentir ce qui se passe à l’intérieur du corps, les vibrations, les sensations, les émotions…


Je fais pour commencer un zoom au niveau des pieds, et je vais sentir ce qui s'y passe.

La différence de température depuis que j'ai ôté mes chaussures.

Ressentir mes points d’appui, de contact avec le sol,

au niveau des orteils, du contour de la voute plantaire, du talon

Est-ce que je ressens des fourniments ? mes pieds sont-ils légers ? Lourds ? La température ?


Je remonte le long des jambes,

En passant par les chevilles, j’imagine les déverrouiller

Le long des tibias, et je sens le mollet qui se relâche

Je visualise la flexion du genou

Je remonte le long des cuisses, où je sens le muscle sous la cuisse qui s'étale sur mon siège.


Je parviens au bassin.

Je visualise la position de mon bassin, les parties en contact avec le fauteuil.

Est-ce les os, les muscles ? Quels sont les points de pression entre mon bassin et le fauteuil ?

Comment je me sens dans mon bassin ? Quelle est ma posture ?

Suis-je confortablement installée sur mon bassin ? Suis-je en équilibre ? Puis-je m’y reposée ?

Je peux imaginer le bassin comme un socle sécure sur le quel je peux relâcher toute la partie supérieure de mon corps, les tensions du dos, les nœuds, les épaules.

Le bassin nous soutient.


Je visualise la colonne vertébrale dans son intégralité, du coccyx jusqu’à l’occiput, la base du crâne.

Je visualise ses courbures,

Les lombaires

Les dorsales

Les cervicales

Je regarde cette colonne vertébrale dans sa verticalité, comme un axe autour duquel gravite les différentes parties de mon corps, mes membres...

Mes jambes, mes hanches, mes côtes, mes omoplates, les épaules, les bras.


Je descends le long des bras, en passant par les coudes, et jusqu’aux mains.

je m’arrête au niveau des mains,

Je visualise la position de chaque doigt, je ressens ce qui s'y passe. Je ressens les différences de sensation entre les parties couvertes de mon corps, et les parties découvertes comme mes mains.

Au niveau des parties des mains en contact avec mon corps, je peux ressentir la chaleur de mon corps.


Je rebrousse chemin, je remonte… Je remonte jusque la base du cou.

Je peux regarder ce cou comme un passage :

Passage entre la tête et le reste de mon corps.

Passage entre le siège de mes pensées et le siège de mes émotions.

Je propose à mon corps un passage agréable, sans blocage.

Que les pensées puissent circuler, de la tête vers le corps

Que les émotions, et les sensations, puissent circuler, du corps vers la tête

Que l’énergie circule

Que la respiration circule

Que les informations viennent dans un sens puis dans l’autre


Je remonte une à une les cervicales, pour parvenir à la base du crâne.

J'imagine envelopper chaleureusement mon crâne de mes deux mains, que l'ensemble de ma tête puisse se reposer.


Je fais un focus au niveau du mental, le siège de mes pensées...

Quel est mon état d'esprit aujourd'hui ? Comment sont mes pensées ?

Si je devais y mettre une image, laquelle se pourrait être ?


Un ciel bleu avec quelques nuages qui passent, ou plutôt un ciel ombragé ?

Une moulinette qui tourne en rond ? Un sac de noeuds ? Des questions qui s'enchevêtrent ?

Une plume qui vole ?

Ou toute autre image qui me vient à l'esprit ...

Si j'ai une image, je peux l'observer, puis imaginer la déposer à mes côtés pour venir détendre mon visage.

Tout d'abord, je vais imaginer masser toutes les cellules de la peau du front. Etirer de l'intérieur vers l'extérieur la peau du front de façon à m'aider à prendre du recul avec le quotidien, de la distance, un peu de hauteur.


Puis, je vais imaginer avec 2 doigts, effectuer une légère pression sur mes arcades sourcilières, de l’intérieur vers l’extérieur, et les détendre l’une après l’autre.

J’effectue quelques mouvements sur les tempes, qui peut me donner envie de détendre mes mâchoires.

Je reviens sur cette zone entre les yeux, cette partie que nous pouvons appeler dans certaines cultures, le 3ème œil, l’œil de l’intériorité.

Je vais imaginer masser cette zone.

En massant cette partie entre les 2 yeux, je peux me reconnecter à qui je suis, à mon moi profond.

Je suis en lien direct avec ma source.


Et je reprends mon souffle.

Je descends le long de ma cloison nasale, pour parvenir à l’orée de mes narines.

Et juste à cet endroit, je peux ressentir la température légèrement plus fraîche.

Je descends au niveau de la mâchoire et je viens la détendre.

J’imagine que je masse les maxillaires, les mandibules, et la jonction entre les 2.

Je termine par effectuer une légère pression, sous la lèvre inférieure au niveau du menton.


Dans cet état, je vais prendre un temps pour observer ma respiration.

Observer son circuit.

A l’inspiration, l’air qui entre à travers mon nez, ma gorge, qui suit la trachée, qui gonfle mes poumons, et qui se diffuse dans l’intégralité du corps, jusqu’aux extrémités.

A l’expiration, l’air qui parvient des extrémités et de l’intégralité de mon corps, qui se vide des poumons, qui ressort par la trachée, la gorge ou le nez.

J’observe également le rythme de ma respiration.

Est-il lent ? Rapide ?

Est-il calme ? Saccadé ?


Je ressens le mouvement de mon corps provoqué par la respiration.

Le mouvement du thorax, le mouvement de l’abdomen.

Je peux ressentir comme une petite vague en moi.

Une petite vague sur laquelle je peux me laisser aller, flotter et m'abandonner à mes sensations...

Sensations de douceur... Sensations de chaleur.. de confort ... de détente..

ou toute autre sensation qui me correspond...


Peut-être que je peux également ressentir une partie de moi, encore plus calme, une partie paisible... Un petit endroit où je peux aller puiser de la sérénité, de la confiance.. Un endroit ressource où je peux me rencontrer à n'importe quel moment de la journée...

Et quand je le sentirai, quand j'en aurai envie...

je peux prendre quelques bonnes respirations, profondes, et revenir...

dans l’ici et maintenant.




29 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

D’OÙ VIENT LE « COURAGE » ? Le COURAGE porte une connotation d’effort, de bravoure… = Du côté étymologie : COURAGE vient de l’ancien français : CORAGE,« COR » = Cœur + Suffixe age, qui indique une ac

Dire « ça va ?…ça va… », c’est peu prêter attention ni à la question ni à la réponse, que nous l’écoutions ou la formulions. On le sait mais pour autant… … Ca est un pronom démonstratif qui signifie c